Jean-Pierre Harcaut 01/02/2015

harcaut jean pierre

Questions à Jean-pierre Harcaut, 50 ans, ancien champion de main nue du club et boucher au 23 rue Poissonerie à Bayonne

 

1/ Comment avez-vous découvert la pelote ?

C’était au début des années 70 au collège ST BERNARD à Bayonne. C’était le sport roi pendant  la récréation. Des copains qui jouaient à main nue à la société nautique à Saint- André à Bayonne m’y ont amené et j’ai signé ma première licence  à 10 ans.

Je jouais aussi au rugby à l’Aviron Bayonnais et mes parents ont voulu que je choisisse un des deux sports. J’ai choisi la pelote et j’ai vite signé à l’Aviron Bayonnais où il y avait déjà beaucoup de joueurs de talent.

 

2/ Vous souvenez vous de votre première finale ?

Je m’en souviens comme si c’était hier. En 1977, finale perdue en Union Basque minime pour l’Aviron Bayonnais, je faisais équipe avec Jean Pierre SALLABERRY  contre un duo de Villefranque MARTIARENA/LARRAMENDY. J’ai bien compris ce jour-là que je devrai m’entrainer plus et mieux pour lutter avec tous ces grands joueurs.

 

3/  Y a-t-il des parties jouées que vous gardez en mémoire ?

Oui ; en 1982, à Saint Jean Pied de Port, une finale de Ligue qui m’a permis de rencontrer les meilleurs. Et en 1983, ma première finale de Championnat de France à 19 ans à Villefranque contre les joueurs du cru.

Il y a aussi par son intensité, la finale du Championnat du Monde à Montevideo en 1984 avec Dominique ETCHART ; nous avions rencontré une équipe avec le grand champion ERASTI qui fit une belle carrière en Espagne. En 1986, j’ai aussi joué et gagné  une demi-finale de Championnat de France contre AGUERRE/DIRIBARNE au trinquet Ignacio de Béhobie qui était archicomble.

 

4/ Et des joueurs rencontrés ?

Il y avait beaucoup de bons joueurs dans ma génération. Je peux citer Manu MARTIARENA, BIDEONDO, BISCOUBY, Jean Louis FONTAN (actuel trésorier du club) Pierre DUHAU, et des joueurs un peu plus âgés comme Michel ETCHEVERRY, Pascal HAROCARENE….

 

5/ Pouvez-vous citer 2 noms que vous associez à votre carrière de maniste ?

Tout d’abord, mon premier entraineur, le regretté Jean Pierre ERVITI qui m’a enseigné les bases de ce magnifique sport.

Et aussi Pascal HAROCARENE qui a été mon coéquipier à l’Aviron et qui savait trouver les mots pour me canaliser, car j’étais plutôt d’un tempérament impulsif sur la cancha.