Michel Martinez 01/01/2015

martinez michel

Questions à Michel Martinez, entraîneur de chistera joko garbi et vice-président du club.

 

 

1/ Quelle est la première partie dont tu te souviennes ?

 

J’ai commencé à jouer à la pelote au fronton Saint Léon à Bayonne, appelé maintenant fronton du Stade Jean DAUGER à la fin des années 60. Et j’ai vite commencé le chistera joko garbi.

Durant l’été 1970, je me rappelle avoir joué une partie en benjamin, et gagné de 2 points contre Hasparren. Je jouais à l’arrière et j’avais fini totalement lessivé.On se qualifiait pour les 1/4 de finale, grand bonheur partagé avec notre entraineur, l’immense Raymond GAVEL.

 

2/ Avec qui jouais tu durant ces années 70 ?

 

J’ai croisé beaucoup de très bons joueurs; En 1974, je suis devenu Champion de France cadet avec Fanfan PRAT et Patrick LASARTE. En 1975, j’étais finaliste du Championnat de France avec Patrick LASARTE et Jean Michel TOUCOULET contre l’autre équipe du club Fanfan PRAT, STJEAN et RUFFIER qui est le père du gardien de but international de ST Etienne. Et le lendemain de cette finale, je doublais en junior pour gagner le titre national avec Fanfan PRAT et Claude LATAILLADE, l’oncle de notre secrétaire du club Patrice. Ce même été, Fanfan PRAT remportait le titre senior avec Henri PETRISSANS et Michel DUHALDE.

 

3/ Jouais tu aussi en mur à gauche ?

 

A cette époque, les années 70, il n’y avait pas de compétition officielle organisée en mur à gauche. Par contre, il y avait beaucoup de gros tournois organisés. Toujours cette année 1975, j’avais participé au tournoi mur à gauche de Salies à chistera joko garbi. Je jouais à l’arrière, avec Alain ASTABIE à l’avant. Au fond de la cancha, coté mur de gauche, il y avait un pan coupé, il fallait donc bien anticiper les trajectoires. Et nous avions gagné le tournoi avec Alain sur un 2 murs que j’avais fais à Patrick LASARTE le gaucher du fond après avoir été déporté au fond à droite par le pan coupé.

 

4/ quels joueurs ou dirigeants t’ont marqués?

 

Tous ceux de ma génération que j’ai côtoyé à l’Aviron et un joueur à part: Fanfan PRAT, un phénomène. Il a réussi l’exploit unique pendant l’été 1975 de devenir Champion de France chistera joko garbi cadet, junior et senior 1ère série.

Il y a aussi Peyo OLCOMENDY de Baigorry que je rencontrais régulièrement sur les frontons: un très bon joueur.

Au niveau dirigeant, j’ai rencontré un homme extraordinaire, Raymond GAVEL. Il y a maintenant une plaque à son nom au fronton à Bayonne. A l’époque, on partait à 6 ou 7 dans sa RENAULT 8 pour les parties à l’extérieur. On partait vraiment à l’aventure. Il y a aussi MONTAU, un dirigeant dévoué de Baigorry qui s’est également occupé de plusieurs générations de joueurs à la ZAHARRER SEGI.

 

5/ Comment vois-tu ton rôle de dirigeant maintenant?

 

Je représente mon club et j’accompagne les équipes. La priorité, c’est la transmission de notre savoir, de notre expérience, de notre enthousiasme. Malgré la dure crise économique que nous vivons, jouer à la pelote fait du bien à tous, et permet des rencontres entre joueurs, parents et amis. Au delà de la compétition, la dimension sociale du sport doit perdurer.