Sébastien Etchart 01/02/2019

etchart sebastien

5 questions à Sébastien ETCHART, 40 ans, agent d’assurance et joueur de chistera joko garbi du club au parcours sportif jalonné de nombreux titres.

1/ Quand et où as-tu commencé la pelote ?

J’ai commencé la pelote à 7 ans, à l’Aviron Bayonnais.  À l’époque, mon grand-père était ami avec François UNHASSOBISCAY, ancien grand joueur et entraineur de chistera joko garbi à l’Aviron.  C’est ainsi que nous avons débuté avec mon frère Mathieu.

2/ Quand as-tu commencé à jouer en compétition ?

J’ai commencé à jouer en compétition  en benjamin. Avec des finales dans chaque catégorie jusqu’à senior.

 Je me souviens de ma première  demi-finale fronton en senior 1ère série. C’était en 1999, à Cambo contre les frères Montolieu, je remplaçais Benat SEDES, et je jouais avec Michel SEDES et Stéphane MERIC. Nous avions gagné, mais je n’avais pas pu jouer la finale car j’étais engagé en 2 ème série avec mon frère Mathieu et Peyo GODRIE . Avec ces derniers, nous avions gagné le titre cette année-là en 2ème série, d’un point contre ST PALAIS à Salies de Béarn et nous accédions ainsi à la 1ère série.

Puis a suivi la période où j’ai joué avec Ximun DESTAILLAC. Nous avons gagné de nombreux titres en 1 ère série,  en mur à gauche (4 ou 5 titres de ligue, 1 titre de champion de France). Également  en fronton avec le titre majeur de Champion de France fronton 1ère série en  2008 à ST PIERRE D’IRUBE  avec Ximun DESTAILLAC et Peyo GODRIE.

3/ As-tu joué pour d’autres clubs que l’Aviron ?

Oui, l’été 2009, Ximun DESTAILLAC  ne jouant pas cet été là, j’avais fait une extension pour LUZEAN de St Jean de Luz. J’avais joué avec Frédo CARRICABURU et Laurent ALBISTUR ; nous avions gagné les titres en ligue à rebot et joko  1ère série.  En championnat de France, nous avions perdu la finale de rebot d’un jeu suite à la blessure au ménisque de Frédo CARRICABURU. Et pour la finale joko, avec une équipe remodelée à cause de la blessure de Fredo, nous avions perdu la finale d’un point contre les éternels rivaux d’Hardoy (Driollet-Sistiague –Biscay).

Puis mutation au KAPITO HARRI d’USTARRITZ en 2011 . Avec Eneko SARRATIA  et Bruno IRACHABAL, nous avons vécu de grands moments sportifs et extra sportifs. Et des titres pendant 4 ans l’été  dont 2 titres de Champion de France.

Puis pour boucler la boucle, retour aux sources à l’Aviron Bayonnais  en 2016 avec  les victoires l’été 2017  en 2ème série fronton avec Eneko SARRATIA et Bruno IRACHABAL.  Ce qui nous a permis de monter en 1ère série l’été 2018 pour gagner le titre de Champion de France 1ère série : un grand moment partagé avec mes équipiers et tout le club.

4/ Quelles sont les personnes marquantes que tu retiens ?

Tout au long de ces années, j’ai rencontré des personnes qui m’ont marquées. Un entraineur, bien sûr François UNHASSOBISCAY.  Et des dirigeants comme Raymond GAVEL et Max DUGUET à l’Aviron.

Des joueurs aussi  avec qui j’ai passé de bons moments sportifs et extra sportifs :  SISTIAGUE /GODRIE/DUBLANC/DRIOLLET, qui pour certains sont devenus mes meilleurs adversaires  au gré des changements de club.

Également les années KAPITO avec Eneko SARATIA, Bruno IRACHABAL et Fabien VILAIN devenus des amis.

5/ Comment vois-tu la suite de ta carrière sportive ?

Concernant le chistera joko garbi, j’approche de la fin de carrière.  Je pense encore jouer une saison puis me mettre à la pala pour rester dans le milieu de la pelote.

Bien sûr, aider mon club de l’Aviron même si mon métier d’assureur me prend beaucoup de temps.

Je voudrais terminer en soulignant le plaisir que j’ai eu à revenir dans mon club formateur l’Aviron Bayonnais. J’ai retrouvé un club dynamique, à l’image de son président Alain BETBEDER, qui nous a permis, à nous les anciens, de finir notre carrière de joueur dans les meilleures conditions.