Sophie Perochena 01/11/2015

photo sophie perochena kiniela nov 2015

5 questions à Sophie Perochena, jeune joueuse de pala de notre Club :

 

 

1/ Comment as-tu découvert la pelote ?

Mon père m’a inscrite à l’âge de 7 ans à l’école de pelote du Kapito Harri d’Ustaritz. Je jouais à pala ancha en mur-à-gauche puis en trinquet . Cela m’a plu et j’ai continué. Je suis arrivée à l’Aviron Bayonnais Pelote Basque après le déménagement de ma famille sur Bayonne il y a trois ans. Je pratique les spécialités de gomme pleine et gomme creuse à pala en trinquet. L’ été, je participe à des tournois de pala ancha en place libre.

2/ Tu es toute jeune ( 21 ans); peux-tu nous dire la place qu’occupe la pelote dans ta vie ?

Elle occupe une place importante: j’adore jouer, m’amuser; cela me permet de me défouler et contribue à mon équilibre. J’aime la convivialité qu’il y a autour de ce sport, les “après-parties”.

J’ai de très bons souvenirs de pelote comme le titre remporté en Union Basque avec ma partenaire Maïder Destribats en 2014 (pala ancha trinquet, catégorie juniors) au bout d’une belle partie. Comme pelotazale, j’apprécie aussi beaucoup le rebot, discipline traditionnelle à la belle gestuelle.

3/ Mais tu as d’autres cordes à ton arc…

J’ai commencé la danse basque en même temps que la pelote, à Ustaritz, au sein du groupe Izartxo. Puis j’ai intégré le groupe DANTZA ALAIAK d’Arcangues dont je suis la Présidente depuis 3 ans. C’est un groupe de 25 danseurs qui intervient dans tout le Pays Basque, et principalement à Arcangues en partenariat avec la mairie pour les Fêtes, le gala de force basque, l’animation de la maison de retraite…. Nous nous produisons aussi régulièrement l’été à Ascain pour des spectacles associant parties de pelote et danse basque. Il nous arrive aussi d’intervenir lors de mariages pour l’aurresku aux mariés ou encore l’animation du vin d’honneur. J’ai de multiples activités au sein de l’Association : je danse, j’ encadre des cours pour tout public chaque semaine , et je m’occupe de la partie administrative avec la gestion des spectacles, des contrats. Je me suis chargée en 2015 de la création du site Internet de notre Association ( www.dantzaalaiak-arcangues.com ), en collaboration avec les étudiants de l’IUT Informatique situé à Anglet.

4/ Tu as aussi participé au 4L Trophy ? Peux-tu nous expliquer le sens de ton engagement ?

Depuis toute petite, j’ ai baigné dans l’ambiance des rallyes : j’ allais dans le 4×4 de mon père voir les épreuves en Pays Basque, comme le rallye du Labourd ou le rallye des Cimes. Mon oncle y était engagé comme concurrent, mon père comme commissaire de course. Avec une amie, Laura Canestro, le projet a germé de tenter l’aventure du 4L Trophy. Il s’agit d’une course sur route et piste, regroupant 1159 équipages, traversant la France, l’Espagne et le Maroc (arrivée à Marrakech), avec un objectif humanitaire : apporter du matériel scolaire aux écoles marocaines. Nous nous sommes donc lancées dans la recherche de sponsors pour financer la voiture, les frais d’organisation, les fournitures scolaires ainsi que du matériel sportif. En février 2015, c’était le grand départ. Nous avons conduit à tour de rôle sur les 6 000 kilomètres du parcours pendant 10 jours. Ce fut génial ! Je conseille à tout le monde d’y participer (ndlr: épreuve réservée aux étudiants entre 18 et 28 ans). Rencontrer les populations locales, pouvoir les aider, profiter des magnifiques paysages, découvrir une autre culture, développer la convivialité entre les concurrents le soir lors des bivouacs de chaque étape, s’entraider sur la piste pour résoudre les ennuis mécaniques, c’est une formidable expérience que nous avons vécue.

5/ Que peut-on te souhaiter pour la suite ?…

Vivre et travailler au Pays Basque. Dans l’immédiat, je recherche un emploi dans mon domaine de compétence : je possède un BTS Comptabilité et Gestion des Organisations.

Pouvoir profiter de la vie, faire la fête avec mes amis et jouer encore très très longtemps à la pelote basque.